S'enregistrerPortailAccueilFAQConnexion

Partagez | 
 

 Maroc: Le Ramadan, délits, délinquance et prostitution.

Aller en bas 
AuteurMessage
Marwan
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3622
Age : 42
Maghreb United :
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: Maroc: Le Ramadan, délits, délinquance et prostitution.   Jeu 28 Sep - 9:25

Des comportements survoltés

Le Ramadan, c'est aussi le mois du : «Fous-moi la paix, et au moindre échange de regard, tu prends mon poing dans la gueule !». Ce n'est pas une formule bien correcte mais notre comportement «ramadanesque» ressemble à peu près à cela. A ce titre, les atteintes à la personne battent leur plein.

Le Ramadan dans le même arrondissement casablancais a connu 52 actes de coups et blessures mettant en cause 58 individus, 16 actes de menaces, 62 actes de violences et une cinquantaine d'actes de diffamation (voir encadré), en plus des injures qui ne se comptent plus...

En temps normal, une dispute commence par un échange assez courtois autour du sujet de la discorde. Ensuite, le ton monte, on en vient aux joutes verbales et, en ultime recours, aux mains. Durant le Ramadan, la première étape d'une dispute est balayée d'un revers de main, les insultes fusent d'emblée et les coups ne se font pas attendre, histoire, pense-t-on, de régler plus vite les choses. En effet, pourquoi perdre du temps puisque la finalité est la même ? C'est absurde mais, malheureusement, les comportements survoltés en cette période se résument à cette version caricaturale du malentendu.

La prostitution sur voie publique

Pour ce qui en est de la prostitution, une augmentation est en effet enregistrée. Celle-ci est cependant amplifiée, car c'est surtout le racolage qui prend des dimensions énormes. Ceci pourrait s'expliquer par la fermeture, durant le Ramadan, de plusieurs cabarets et autres night-clubs de nature à abriter ce genre de transactions. Les rencontres se font alors sur la voie publique, vu que nombre de ces dames de petite vertu vivent de leur «profession» et qu'elles ne peuvent se permettre tout un mois d'inactivité. Elles se retrouvent donc à faire du racolage, lequel est sévèrement réprimé par la loi.

Cette augmentation manifeste de la prostitution a également d'autres explications. Parmi les raisons de cette situation, on revient à l'hyper-consommation et les dépenses importantes que suscite ce mois sacré. Sur ce registre, la prostitution est répartie en deux types distincts. Il y a des gens qui se prostituent toute l'année et qui en font un métier.

Puis il y l'autre type de prostitution, occasionnelle, et qui permet à une personne qui dispose déjà d'un travail, de passer du bon temps avec un petit cachet à la clé. Ceci du côté de l'offre.

Du côté de la demande, on pourrait établir que l'abstinence est mal acceptée chez les gens. On se retient durant toute une journée et, après la rupture du jeûne, on se dit que tout les excès sont permis. Ça aussi, c'est à mettre dans la longue liste des comportements excessifs occasionnés par le mois du Ramadan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bledna.fr
 
Maroc: Le Ramadan, délits, délinquance et prostitution.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Energie: Comment le Maroc soigne sa crise
» Comment désamorcer la bombe sociale au Maroc ?
» Bricks au thon (Maroc)
» Couscous (Maroc)
» Deux évadés d’une prison italienne arrêtés au Maroc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bledna :: L'actualité au quotidien :: L'actualité du Maroc-
Sauter vers: